♣.

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un monstre ou un vengeur ? [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aldhéïr

avatar

MESSAGES : 135
ÂGE : 27
EXPÉRIENCE : 2543

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION :
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Lun 11 Mar - 23:05

Depuis quand avait il commencé à prendre des mission d'assassinat ? Depuis quand celui qui voulait protéger les autres et juste chercher son passé était il devenu un être froid qui était aussi indifférent devant un mort que devant un enfant ? Peut être avait il renoncé à vivre comme tout ces gens , renoncer à apprécier les joie de la vie et les peines qui allaient avec, à force de ne jamais rien trouver sur son passé. Certes, il avait retrouvé des brides de sa mémoire perdues, mais ces quelques fragments lui laissait qu'une seule certitude, c'est qu'il n'était pas de ce monde, alors pourquoi vouloir s'y attacher ? De toute façon, personne ne voulait s'attacher à lui, tout le monde le voyait soit comme un monstre, soit comme une arme qu'on peut utiliser puis jeter.

Voila pourquoi il avait accepté cette mission, retrouver et tuer un falariel aux cornes prononcées qui avait massacré plusieurs personnes juste pour gagner un peu d'argent. En faite, Aldhéïr s'en fichait un peu des raisons qui avaient poussé son commanditaire à lui proposer cette mission, c'était juste la première qu'on lui avait proposé, alors il l'avait accepté.

Le semi dragon se trouvait donc au milieu de cette arène, Thousand Blades comme l'appelait les individus qui trainaient par ici. Sa cible était devant lui, a chercher un moyen de s'enfuir ou de tuer le semi dragon. Pourtant, Aldhéïr restait impassible, parant simplement les attaque du falariel à l'aide de son imposante lame. Et pourtant, maintenant qu'il se trouvait devant sa cible, il lui manquait l'envie de finir le travail. Etait ce sa conscience qui revenait le hanter ?


Si tu n'es pas capable de te battre, tu vas mourir. Celui qui t'a envoyé à bien mal choisi. tu croyais vraiment que je ne savais pas pourquoi tu es la ? Je sais que tu veux me tuer, mais c'est toi qui va mourir et je pourrais continuer à me servir des proches des gladiateurs pour les faire plier et les achever.

Le falariel fit un signe et trois autres personne arrivèrent dans l'arène, au plus grand bonheur des spectateurs qui commençaient à s'impatienter. Cependant, Aldhéïr venait aussi de calmer sa conscience. Tuer un être pour venger d'autre personne, sa il pouvait le faire.

L'un des sbires se prit l'énorme épée en plein ventre avant même d'avoir comprit ce qui ce passait. Malgré la taille impressionnante de son arme et l'armure lourde que portait le semi dragon, ses mouvements n'en étaient que peu ralenti. Sa force était son atout et sa carapace d’écailles et d'acier suffisait largement pour le protéger. Il enchaina ses attaques et tua les deux autres sbires qui étaient descendu dans l'arène, juste de quoi réveiller sa colère et ses instinct de prédateur.

Maintenant, il ne restait plus que le falariel. Aldhéïr planta sa lame dans le sol, et se dirigea vers lui d'un pas lent et décidé. Au lieu de fuir, son adversaire tenta sa chance et frappe le semi dragon avec son arme. Aldhéïr arrêta l'attaque avec son bras et l'armure le protégea du tranchant de l'épée. Il put ensuite en profiter pour l'attraper par les épaules. Aldhéïr regarda alors le falariel dans les yeux et fit apparaitre ses flammes noires autour de ses mains, brulant ainsi l'âme de son adversaire.

Le falariel hurlait de douleur, mais Aldhéïr ne comptait pas lâcher prise tout de suite, il voulait attendre que ses flammes aient fait leur office. Après une dizaine de seconde, il le relâcha et tout le monde put voir l'homme cornu tomber à genoux, les bras pendant dans le vide. Parmi les cris de douleur, on pouvait l'entendre dire qu'il ne sentait plus ses bras. Mais Aldhéïr n'en avait pas finit avec lui. Il fit disparaitre temporairement les flammes autour de sa main droite et attrapa le falariel par le coup et le souleva pour qu'il soit à la même hauteur que lui.


Et maintenant, tu vas mourir dans les flammes de l'enfer.

Sans attendre de réponse, il refit apparaitre ses flammes. Doucement, elle brulèrent l'âme du falariel au niveau du cou et de la tête, le consumant lentement jusqu'à ce qu'il meurt par la douleur et la perte de son âme.

Étrangement, il n'y avait plus aucun bruit dans l'arène, il n'y avait plus que la peur sur les yeux des gens, la peur d'être le prochain à rencontrer la colère du semi dragon. Aldhéïr grogna à la manière d'un dragon puis quitta l'arène en récupérant sa lame au passage.

Seulement, il ne fallut pas longtemps avant que les contrecoups de sa magie se fasse sentir, et à peine eut il quitté la lumière de l'arène qu'il dut s'appuyer contre un mur pour supporter la douleur de la brulure lui parcourant les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromède Tombétoile

avatar

MESSAGES : 81
EXPÉRIENCE : 2341

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION : //
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Lun 11 Mar - 23:41

Outrée. En colère. Enragée, presque. J’étais là, j’avais tout vu. Ici était l’endroit idéal pour mon Ordre, et l’on pouvait faire en sorte que ce ne soit pas des combats à mort. Mais là… Le dragon, sans aucun état d’âme avait abattu 4 hommes ! Je fus peut être la seule à comprendre ce qu’il se passait lorsque le dragon empoigna le falariel sans que celui-ci ne bouge. J’étais à deux doigts de sauter dans l’arène. Mais une femme m’avait intimé de rester là. Alors, rongeant mon frein, j’avais attendu. Patiemment. Je ne pouvais faire que cela. Je fixais l’homme dragon en bas dans l’arène. Il ne semblait pas s’émouvoir d’avoir brisé la vie de quatre personnes, ayant sûrement femme et enfants. Il ne semblait pas avoir conscience de l’horreur dont il venait de faire preuve. Il grogna. L’envie de lui sauter à la gorge me prit, mais pourtant, je me retins. Pas tout de suite, non, attendre… Le trouve à la sortie. Parfois, les mots ont plus d’importance que les actes. La créature s’enfonce dans le couloir obscur qui mène au centre de l’arène. Sans attendre, je quitte les gradins. Je zigzague entre les gens, malgré leurs protestations. Je me fiche complètement de leur avis. Actuellement, je vois rouge. Je descends dans le couloir et m’arrête un instant. Je tourne la tête dans un sens, puis dans l’autre. Et j’aperçois là le monstre, contre un mur. Il semble affaibli. Bien plus qu’il ne l’était il y a quelques instants. Je suis prise de tremblements. J’ai peur de la violence. Me contrôler avait été une chose, mais là, me retrouver face à un assassin. Même affaibli… Je sens les larmes monter. La crise d’angoisse arrive. Mais je dois d’abord finir ce que je suis venue faire. Sur lui, par chance, il n’y a aucune trace de sang. Du moins, s’il y en a, je ne les vois pas. Tant mieux. Je m’avance, contrôlant du mieux que je peux mes tremblements, pour garder un minimum de prestance. Arrivé près de l’être écailleux, je m’agenouille et je le gifle. Deux fois. L’aller et le retour de la main. Je sais qu’il n’appréciera pas. Aussi, en parallèle, usant de mon pouvoir, je lui intime mentalement de ne rien faire et juste d’attendre, de vouloir comprendre pourquoi j’ai fais ça. Mais par précaution je me recule, pour être prête à fuir au cas où il n’écouterait pas sa tête. Et d’une voix dont je cache les tremblements autant que je peux avec de la fermeté, je lance :

« La première était pour avoir privé les femmes de ces hommes de leur mari. La seconde pour leurs enfants, qui n’ont à présent plus de père. »

Les tremblements sont de plus en plus forts. Heureusement, je suis déjà agenouillée, et je ne risque pas de tomber. Ma respiration s’accélère sans que je puisse faire quelque chose. La crise arrive. Les tremblements sont forts. Mes larmes surgissent. Je ne parviens plus à respirer. Ou plutôt, je respire trop. Hyperventilation. Plus je respire, moins j’y parviens. La sensation d’étouffer. Ces tremblements, tellement forts qu’il m’oblige à reculer au coin opposé au dragon, pour pouvoir m’appuyer au mur. Les pleurs n’arrangent rien. J’intime au dragon de détourner le regard et d’attendre, encore, mais je ne prends pas le temps de vérifier s’il le fait. Au bout de quelques secondes qui me semblent des minutes, la crise passe. Elle me laisse épuisée. Et je ne me lève pas tout de suite. Car je sais que je risque de tomber. Je prends encore quelques instants pour respirer, calmement. La scène n’a dut durer que 5 minutes, au plus. Je suis habituée à ces crises, ce qui me permet de les calmer vite. Autrefois, cela pouvait durer des heures, et c’était des attaques de panique. Un stade au dessus de la crise d’angoisse. Je reporte enfin mon attention sur la créature. Me présenter ? Expliquer pourquoi j’ai fais ça ? Oui, ça pourrait peut être le tranquilliser, s’il est en colère de mon geste. Je reprends la parole, mais cette fois sans que ma voix tremble :

« Je me nomme Andromède Tombétoile. Je suis désolée de t’avoir frappé, mais c’était nécessaire. Je suis prêtresse de Swen. J’ai quitté Abaddon il y a peu. »

Abaddon. Le temple sacré. De plus, la religion n’est pas méconnue. C’est même l’une des principales de notre monde. Les croyants sont nombreux, les prêtres et prêtresses moins. En croiser un ici ne relève pas du défi, mais nous sommes plutôt rares. Et généralement, plutôt repérables. Et je sais que tout à l’heure, la femme qui m’avait empêchée de sauter dans l’arène m’avait reconnu à ma couronne de perce-neige, que je ne quitte jamais. Même si avec mes cheveux multicolores et mes doubles ailes qui ne peuvent pas être « absorbées » sous la peau on me reconnait de loin…

(inspirée ♪)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldhéïr

avatar

MESSAGES : 135
ÂGE : 27
EXPÉRIENCE : 2543

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION :
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mar 12 Mar - 20:12

Satané douleur, pourquoi devait il toujours autant souffrir après avoir utilisé sa magie ? Encore, quand il ne faisait que s'entrainer, le contre coup était rien de plus que des picotements plus ou moins douloureux, mais lorsqu'il s'en servait sur quelqu'un et qu'en plus il tuait cette personne avec ses flammes, la douleur en devenait presque insupportable. Il aurait même était moins douloureux de se couper les mains que de devoir supporter cette douleur intense. Mais bon, il avait apprit à supporter la douleur, à ne rien laisser paraitre, parce qu'il ne devait jamais montrer ces moments de faiblesse.

Aldhéïr serrait les dents,il se retenait de grogner, de crier, ou de frapper tout ce qui bouge pour calmer sa douleur. La seule chose qui le consolait un petit peut, c'est qu'il avait vengé plusieurs famille. Et puis d'un coup, sans que le semi dragon ne la voie arriver ou ne sente sa présence, une falariel au cheveux multi color s'agenouilla face à lui et lui mit deux claques.

La surprise laissa rapidement place à la colère, surtout qu'avec la douleur dans ses mains, il n'était vraiment pas d'humeur à ce qu'on vienne le frapper comme sa, sans rien dire sans même donner la moindre raison. Aldhéïr releva les yeux, et même sans utiliser ses flammes magiques, on pouvait facilement voir dans son regard une rage impressionnante. Un grognement accompagna son regard, laissant bien sous entendre qu'il était plus proche de la bête sauvage que d'un être civilisé en ce moment.

Heureusement pour la falariel, son instinct meurtrier avait été suffisamment rassasier de cadavre pour aujourd'hui, et surtout, il n'avait pas encore de raison valable pour mettre un terme à ces jours. Et puis, elle s'expliqua sur son geste.

Ainsi, elle venait plaindre l'homme qu'Aldhéïr avait tué ? Savait elle seulement ce qu'il avait fait pour qu'on fasse appel à Aldhéïr afin de mettre fin à sa vie ? Son ignorance exaspérait le semi dragon, elle n'avait rien d'une guerrière et il pouvait voir sa peur rien qu'à ses tremblements, seulement il n'était pas aussi sensible que les humains ou les falariels et il ne lui ferait pas de cadeau. Il ne la tuerais pas, mais il lui ferait comprendre que la peur est un sentiment que l'on doit écouter.


Tu ne devrais pas mettre en colère une bête sauvage, jeune falariel. Qui sais ce qu'elle pourrait faire pour se venger.

Malgré la douleur de ses mains, Aldhéïr se leva et s'avança d'un pas lent vers la jeune femme tremblotante. Il voulait vraiment la terroriser, rien de plus. La mort ne l'intéressait pas plus que la vie, mais il lui fallait une bonne raison pour ôter la vie de quelqu'un, et cette personne n'avait rien fait pour mériter un tel sort.

Il sorti doucement son poignard de son étui en avançant. Il allait lui faire la peur de sa vie, mais elle y survivrait.

Enfin c'était ce que voulait faire Aldhéïr avant qu'il l'entende parler et se présenter. Une prêtresse ? De Swen ? Une partie de sa mémoire se réveilla et chassa un peu la douleur et la colère. Il avait entendu parler de ce Swen. Dans cette légende qu'il avait vue dans ce vieux temple.

Il souffla, mais renonça à terminer ce qu'il voulait faire et rangea sa lame. Elle avait eut de la chance, mais maintenant Aldhéïr devait avoir des réponses, et pour sa il pouvait vraiment la tuer.


Tu es prêtresse de Swen dis tu ? Tu dois donc connaitre la légende de Kelen, de sa prison et de cette terre Divine. Je cherche des informations pour pouvoir m'y rendre.

Bien qu'en apparence, il semblait s'être calmé, sa voix était toujours aussi froide et menaçante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromède Tombétoile

avatar

MESSAGES : 81
EXPÉRIENCE : 2341

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION : //
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mar 12 Mar - 21:35

Il avait sorti un poignard. Je n’y avais pas fait attention avant qu’il le range. Je l’écoutais parler. Et il prononça le nom de Kelen le Fou. Je fus à deux doigts de lui sauter dessus pour l’empêcher de finir de prononcer son nom. Idiot idiot, idiot ! Il mériterait de nouvelles gifles. Mais sa voix m’empêchait de le faire. Car je ne suis pas une fille vaillante. Je suis même extrêmement peureuse. Et j’avais devant moi un monstre, aussi bien physiquement que mentalement. Mais j’étais également en colère. Trouver la Terre Divine ? Non. Il n’était pas encore temps. Je lui jette un regard noir et d’une phrase sèche, je lui lance :

« Il faut d’abord trouver Idyone et les dragnirs pour pouvoir y aller. Quant au Damné, ne prononce plus jamais son nom. Je briserais mon serment et te tuerais s’il le faut. »

Cependant, cette créature ne semblait pas connaître le Manuscrit. Une chance, ou malchance, que je le connaisse entier, et par cœur de surcroît. Je soupire. Et je décide de raconter ce que je sais sur le sujet à notre cher ami le reptile. Autant pour mon serment que pour m’éviter quelques blessures, puisqu’il ne semble pas en état de suivre les recommandations que je lui implante directement dans le cerveau.

« Je connais le Manuscrit, le livre de notre religion par cœur. Aussi je peux t’éclairer. Selon la légende, le Damné a été banni par Swen dans un autre monde. Et lorsqu’il reviendra, il faudra trouver et réveiller Idyone, qui dort là où l’Histoire de la Création a commencée. L’Ordre d’Idyone, justement, la cherche. Les dragnirs devront être réunis, de même, et c’est l’Ordre donc je fais partie qui s’occupe de leur recherche et leur protection. Seulement, nous ne devrons fuir en terre sainte que lorsque l’Abandonné retrouvera le chemin de notre monde. Et prononcer son nom peut l’y aider Je te prierais donc de ne pas le refaire. »

Nouveau soupir. Je croise les bras sous ma poitrine et mes yeux se fixent dans les siens. Aucune peur. Je suis dans mon domaine de discussion, actuellement. Je jette un coup d’œil rapide à l’autre bout du couloir, là où se trouve l’arène et où deux nouveaux combattants ont prit place.

« Maintenant, si tu veux continuer à discuter de ça, on s’éloigne. Je n’apprécie ni le sang, ni les monstres, et encore moins la violence. »

‘Monstres’ ? Oui, je le visais directement en disant ça. Après tout, ne s’est-il pas lui-même qualifié de ‘bête sauvage’ ? Si. Sans même l’attendre, je me relève, essuie les dernières traces de larmes du coin de mes yeux et me dirige à l’opposé du terrain de sable maculé de sang. Et même si je lui tourne le dos, je suis sur mes gardes, mes ailes dissimulées sous ma cape prêtes à se déployer. Mais il à l’air affaibli. Alors quand bien même il ressortirait son couteau, je ne pense pas avoir à trop le craindre. Au pire, je suis une femme. J’aurais le temps de crier au secours avant qu’il ne me blesse trop sévèrement. Et étant une femme, prêtresse de surcroît, on me protégera. Car la religion est sacrée. Car on ne blesse pas les femmes. Ni les personnes désarmées. Ni les religieux. Etant les trois, je suis ‘intouchable.’ Je parcours le couloir sans vraiment l’attendre. Lorsque j’atteins, je suis quelque peu perdue. Une salle, suffisamment grande, avec un escalier et plusieurs portes. J’en pousse une au hasard. Une salle, vide. J’y pénètre. Je vérifie qu’il y ai bien une fenêtre assez large pour passer, au cas où, et me retourne pour fixer la créature, sans un mot.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldhéïr

avatar

MESSAGES : 135
ÂGE : 27
EXPÉRIENCE : 2543

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION :
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mar 12 Mar - 23:10

La prêtresse avait réveillé chez Aldhéïr un intérêt qui la protégerait de sa colère au moins le temps qu'il se calme ou qu'elle accepte de répondre à ses questions. Une prêtresse de ce culte pouvait donner suffisamment d'information sur cette légende pour qu'Aldhéïr passe outre sa douleur et sa colère du moment. De toute façon, ce n'est pas comme si il n'avait pas passé sa vie à supporter les autres et à cacher ce qu'il ressentait pour ne pas effrayer tout le monde.

Il retint néanmoins une réplique acerbe lorsqu'elle le menaça de le tuer. Comment une personne aussi frêle, tremblant pour un rien, pouvait elle lui faire quoi que se soit. Même s'il lui donnait son arme, elle n'arriverait même pas à l'égratigner.

Au moins, elle ne tarda pas trop à raconter ce qu'il voulait savoir. Cependant, le peu qu'elle daigna lui dire, Aldhéïr l'avait déjà plus ou moins vue dans ce temple. C'était trop évasif, trop résumé pour apporter une nouvelle information au semi dragon. Aldhéïr émit un grognement devant se manque de coopération, se demandant si elle n'essayait pas de le duper ou de lui faire perdre son temps.

Enfin, elle voulu trouver un endroit plus calme. Bien que l'idée plaisait dans un sens au semi dragon, qui avait besoin de calme lui aussi pour apaiser la douleur de ses mains, ainsi que sa colère, il commençait aussi à douter de la sincérité de la falariel. Néanmoins, il accepta de la suivre et lui fit un signe de la tête pour qu'elle passe devant.

Il ne connaissait pas assez bien cette arène pour savoir où allait ni où elle l'amenait. Mais bon, à quoi bon se poser ce genre de question. De toute façon, Aldhéïr voulait en savoir plus et pour sa, il était prêt à lui laisser une chance, avant de la menacer.

Finalement, le duo arriva dans une pièce vide, éclairé par une unique fenêtre. La salle ressemblait plus à une prison provisoire qu'à autre chose, mais bon, c'était calme et cela convenait bien à Aldhéïr, ainsi il pourrait se calmer ou torturer la falariel en paix, en fonction de ce qu'elle lui dira.

Avant de dire quoi que se soit, il s'approcha de la falariel et lui mit son poignard dans la main avant de lui faire refermer les doigts autour du manche de la lame.


Si tu crois pouvoir me tuer, tente ta chance. De toute façon, si tu ne réponds pas à mes questions, tu en auras besoin pour te défendre.

Maintenant, je veux en savoir plus sur cette terre promise et ces dragnirs. où se trouve cette terre? Comment peut on y accéder ? En quoi les dragnirs en sont la clé ? Et ce Kelen, où a t il été banni ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromède Tombétoile

avatar

MESSAGES : 81
EXPÉRIENCE : 2341

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION : //
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mar 12 Mar - 23:37

Il est bien là. Il s’approche de moi et me mets un poignard dans la main. Je le relâche immédiatement, comme s’il s’agissait de serpents venimeux. Je siffle avec rage. « Inculte, idiot, va ! ». Il reprend la parole. Tenter de le tuer tout de suite ? Non. Je ne briserais pas mon serment aussi facilement. Il me fait ensuite une menace à peine voiler. Si je ne réponds pas à ses questions, il me blessera ? Qu’il essai. Il n’a pas encore vu ni ressenti mon pouvoir à son maximum. J’ai encore pas mal de ressources. J’écoute ses questions. Calmement. Et lorsqu’il prononce encore le prénom du Damné, je lui jette un regard encore plus noir que l’ébène. Je m’approche de lui, et cette fois, au lieu de lui mettre une simple gifle, je rajoute les ongles. Mais je doute qu’il ressente la douleur, avec ses écailles. Je me recule alors promptement, pour éviter toute réplique. Agressivement, je dis :

« Je t’ai dis de ne pas prononcer son nom, idiot ! De plus, il n’y a que son Ordre qui a le droit de port d’arme. Si je dois te tuer, j’userais de mon pouvoir. »

Finalement, toujours en le gardant dans mon champ de vision, je vais à l’autre bout de la pièce et enlève ma cape. La discussion risque d’être longue, au vue de ses questions. Je la pose sur un tabouret qui trône près d’un bureau, simple. Je garde une certaine distance entre lui et moi, m’éloignant dès qu’il fait mine de s’approcher.

« Pour tes questions, je ne peux t’apporter que les réponses du Manuscrit, ainsi que le fruit de mes propres recherches. La terre que tu cherches n’a pas de lieu précis. C’est un portail transdimensionnel qui peut nous y conduire. Pour y accéder, nous avons donc besoin des dragnirs, et de l’éveil d’Idyone. Ils sont les seuls à pouvoir voir le portail, et dans leur cœur, ils sentent sa présence. Seulement, le portail peut conduire n’importe où, il me semble, d’où le besoin du réveil d’Idyone qui stabilisera le portail et permettra sa traversée sans risque. »

Ces réponses lui ont-elles suffit ? De toute façon, je ne peux être plus claire. Il me faudrait réciter des parties entières du Manuscrit, et je n’en ai aucune envie. Et encore, je ne suis pas sûre que ça l’aiderait plus. Je continue donc, pour sa dernière question :

« Et pour l’Abandonné, je ne sais pas. Rien n’est précis à son sujet. Nous savons juste qu’il a été banni dans un autre monde. Je suppose que c’est en usant de ce portail, donc je t’ai parlé. Il aurait même pu être ouvert lors du banissement. »

Je reste sur mes gardes. Tranquillement, sans rien en faire voir, je reste près de la fenêtre, puisqu’il bloque actuellement le moyen de sortir d’une pièce le plus commun : la porte. J’ai également vérifié comment elle s’ouvrait, et même si je n’ai pas essayé, je prie pour que ce soit rapide à ouvrir. On ne sait jamais..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldhéïr

avatar

MESSAGES : 135
ÂGE : 27
EXPÉRIENCE : 2543

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION :
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mer 13 Mar - 0:04

Aldhéïr la vit lâcher le poignard avec autant d'empressement que si cela avait été une créature venimeuse. Ainsi, les armes n'était pas son moyen de se défendre ou de combattre. Bien que cette idée était quelque peu superflu pour le semi dragon, il commença à comprendre qu'elle avait d'autre talent bien plus sournois, caché en elle.

Pourtant, même après avoir prononcé une nouvelle fois le nom de ce dieu maudit, elle ne semblait pas vouloir mettre à exécution sa menace, se contentant de gifler une nouvelle fois Aldhéïr. Comme la fois précédente, le semi dragon ne senti pas grand chose, la seule différence était l'effet de surprise en moins. Seulement, elle se recula assez rapidement pour éviter le coup de mâchoire qui lui était destiné. Aldhéïr pouvait accepter qu'on le menace et même qu'on le frappe une fois, mais vouloir recommencer devenait dangereux.

Finalement, elle lui répondit et lui expliqua que ce monde paradisiaque n'était pas ici, pas sur ces terres. Cela finit de confirmer ce qu'Aldhéïr pensait, il n'était pas originaire de ce monde, mais plutôt d'ailleurs. Peut être pas de ce monde paradisiaque car les images qui lui était revenu n'avait rien de divin ou d'idyllique, mais bien d'ailleurs. Et peut être même que ce portail était la raison pour laquelle il c'était réveillé au milieu de nulle part. Mais alors pourquoi sa mémoire c'était bloqué ?

Aldhéïr resta un moment silencieux, à se frotter les mains pour faire passer la douleur qui revenait de plus en plus forte. Puis, il ramassa son poignard avant de reprendre la parole.


Ce portail serait un chemin vers n'importe où ? Intéressant. Et sait on si des êtres vivent sur ce monde paradisiaque ou sur un autre monde qui serait accessible par ce portail ?

Ce portail était surement une autre clé de son passé, mais trop de mystère l'entourait encore. Avant de s'intéresser à ce passage, il devait aussi comprendre comment le trouver et l'activer.

Et ces dragnirs, sait on qui ils sont ? Y a t il un moyen de les reconnaitre ?

Aldhéïr se laissait un peu trop emporter par l'espoir de retrouver un jour sa terre natal, quelle qu'elle soit et où qu'elle soit. Seulement, la réalité était encore bien la, et il se rendit compte qu'il donnait trop de crédit à de simple légende d'un culte, d'une religion.

Enfin, attendre le réveil d'une divinité, c'est peut être comme chercher à atteindre l'horizon, c'est espérer l'impossible. Je me demande pourquoi je crois qu'une simple légende pourrait m'apporter la réponse que je cherche. Seul ce dragon pourrait me répondre.

Les dernière paroles du semi dragon n'était pas destiné à la prêtresse, il se parlait à lui même en revenant à la réalité. Au même moment, la douleur dans ses mains se fit plus forte, et il dut réprimer un grognement. Néanmoins, on pouvait voir qu'il souffrait maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromède Tombétoile

avatar

MESSAGES : 81
EXPÉRIENCE : 2341

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION : //
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mer 13 Mar - 0:33

Je remarque qu’il se frotte souvent les mains. Comme s’il avait mal, ou comme s’il avait des fourmis. Je me tais, pourtant, notant cette chose qui pourrait être insignifiante. Je continue cependant, toujours collée à ma fenêtre, les mains sur la poignée, prête à l’ouvrir et à m’envoler en cas de danger.

« Il parait que sur la terre sainte, les Orrys vivent toujours. Des Geyirs, aussi. »

Il me parle des dragnirs. Comment pourrais-je savoir ? Je ne suis pas devin non plus ! Je ne suis pas une encyclopédie et un radar ambulant !

« Je ne sais pas. On sait juste qu’ils seront dévoilés lorsque le Fou reviendra. On ne sait pas par qui, ni comment. »

Il continuer à parler. Et je me demande si c’est pour moi. Mais il ne semblerait pas. Aussi, je reste muette. Il parle d’un dragon, également. Je fronce les sourcils. Les dragons ne sont pas mentionnés dans le Manuscrit. Il serait donc très probable qu’ils soient arrivés après les évènements du commencement. Son semi-grognement-peu-fort me fit sursauter. Par réflexe, en même temps que mon sursaut, je voulus ouvrir la fenêtre…Pour découvrir qu’elle était bloquée. Epic fail. Egalement, il se frotte les mains plus fort que tout à l’heure. Comme si quelque chose le gênait. Je fronce à nouveau les sourcils. Bon, de toute façon, j’ai rien à perdre, ma seule sortie est fermée et l’autre est derrière le dragon. Mais m’en rapprocher serait dangereux… On ne sait jamais ce qu’il peut lui prendre.

« Quelque chose ne va pas ? »

Sur ces traits, quelques choses ressemblant à de la souffrance. J’hésite à m’avancer. Je fais un pas. Puis deux. Puis finalement, après quelques minutes pour juger les risques que je prends, je franchis les derniers mètres entre lui et moi. Sans pour autant trop m’approcher. Et en étant prête à bondir en arrière. Du bout des doigts, je touche le dos de sa main. Elle est chaude. Oui, étonnamment chaude pour un reptile. Je fronce à nouveau les sourcils. Il ne fait pourtant pas si chaud que ça dans la pièce, et il n’a pas l’air d’avoir de la température. Je retire mes doigts de sa main. Se serait-il brûlé ? Sur le dos de la main ? Très peu probable. Et ç’aurait été un handicap pour son meurtre. Et je l’aurais vu. Or, il est ainsi depuis que je l’ai trouvé, dans le couloir. Comment a-t-il pu se brûler avec… Rien ? Je n’ai hélas dans mon panel de magie qu’une base de soin. Juste de quoi soulager la douleur, mais ni la guérir ni la faire complètement disparaître. En somme, juste de quoi alléger la souffrance d’un mourant, mais sans pouvoir soigner sa blessure. Et c’est peut être la chose la plus difficile et fatiguante pour moi. Puisque la souffrance se communique à moi. Je pose cette fois ma main sur celle écailleuse du monstre et fais appel au pouvoir. Immédiatement, c’est tout un fourmillement désagréable que je ressens. Et une légère sensation de brûlure à l’endroit où je le touche. Je sais que c’est peu, que je ne devrais pas, que tout s’arrêtera lorsque je le lâcherais, mais je n’y peux rien. Je suis quelqu’un de gentil, au fond, et de peu rancunier. Alors même s’il m’a menacé de mort… Je ne peux simplement pas le laisser souffrir sans rien faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldhéïr

avatar

MESSAGES : 135
ÂGE : 27
EXPÉRIENCE : 2543

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION :
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mer 13 Mar - 19:28

Les dernières réponses de la prêtresse ne lui apprirent rien de plus, rien qui pourrait le pousser à y croire davantage. Elle parlait de deux peuples depuis longtemps disparu et n'ayant pour ainsi dire laissé aucun vestige de leur civilisation. Certes, Aldhéïr était peut être le mieux placé pour dire que même si on a aucun écrit ou référence sur quelque chose, on ne pouvait pas forcément dire que cette chose n'existe pas, seulement, il avait tout de même passé une bonne partie de sa vie à fouiller les vestiges de ce monde sans plus de résultat que n'importe qui.

Puis, elle avoua ne rien savoir de plus sur les dragnirs. Le semi dragon commençait vraiment à croire que cette légende n'était rien de plus qu'une belle histoire à laquelle les gens voulait s'accrocher en espérant trouver un monde meilleur qui n'existerait pas. Pourtant, même s'il perdait à nouveau l'espoir, au fond de lui, il savait ce qu'il avait vue lorsque sa mémoire d’antan lui était revenue brièvement, il existait un autre monde quelque part.

Avec la déception et le retour de la douleur, Aldhéïr ne faisait plus vraiment attention à la falariel. En faite, elle n'avait plus aucun intérêt pour le semi dragon, elle n'était rien de plus qu'une autre personne qui l'oubliera à peine aura t il quitté sa vie.

Du faite qu'il ne l'observait plus, il fut d'abord étonné de sentir un contact contre sa main douloureuse. Mais la surprise fut d'autant plus grande qu'il commença à se sentir apaisait, les brulures disparaissant bien trop vite pour que se soit normal. En voyant la falariel lui toucher la main, il comprit qu'elle voulait le soulager.

Aldhéïr réagit alors très violemment, repoussant la prêtresse d'un revers puissant de son autre main. Il ne sut dire si c'était par colère ou par peur qu'il avait fait sa, sa magie étant si particulière qu'il devait éviter qu'elle interfère avec d'autre source de magie sous peine de donner des effets néfaste. Mais aussi parce qu'il en était le protecteur, il devait protéger cette puissance des personne qui ne saurait l'utiliser dans un juste équilibre.

Bien qu'il n'eut utilisé que le revers de la main, il avait quand même frappé la prêtresse avec suffisamment de force pour la repousser à travers la pièce, et ses écailles avait dut faire des dégâts. Seulement, il n'en avait que faire pour le moment.


Cette douleur est mon fardeau, ma punition et le prix que je dois payer pour pouvoir utiliser sa magie. Elle me rappelle que même avec mes pouvoirs, je ne suis pas au dessus des mortels et je l'accepte tout comme j'accepte le pouvoir qui est mien. Ne t'avise plus de vouloir me soulager ou me soigner, je n'ai pas besoin de toi pour sa.

Le ton de sa voix était extrêmement dur, ne laissant pas la place à la discussion ou à une quelconque remarque. De toute façon, elle aurait du mal à faire la moindre remarque avec le coup qu'elle avait prit juste avant.

Puis, après quelques seconde pour ce calmer, Aldhéïr s'écarta de la porte.


Si tu veux t'en aller, fait le. Tu ne sais rien de plus qui pourrait m'intéresser. Cependant, je te met en garde, la prochaine fois que tu veux défendre un être qui à été tué sous tes yeux, assurer toi avant que cette personne ne mérite pas son sort. Je ne suis pas un assassin, juste le gardien de l'équilibre précaire entre la vie et la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromède Tombétoile

avatar

MESSAGES : 81
EXPÉRIENCE : 2341

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION : //
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Mer 13 Mar - 23:36

Une vive douleur, soudaine, dans les cotes. Je me sens projetée en arrière, avec une violence incroyable. Je m’arrête juste avant le mur opposé, mais ma tête frappe durement ce dernier. J’ai le souffle coupé. Il met quelques secondes à revenir. Je reste allongé sur le sol. La tête me tourne. La douleur, là où il a frappé est bien présente. Je ne pensais pas qu’il était humainement possible de causer autant de dégâts… Mais voyons, il n’est pas humain… Je reste allongée dans la position où j’ai atterri. Il commence à parler. Avec une voix dure. Il semble m’en vouloir d’avoir essayé de l’aider… Et l’envie de lui en coller une me reprend. Mais j’ai encore bien trop mal pour songé ne serait-ce qu’à changer de position et en prendre une plus confortable. Il continue son monologue. En fait, je crois qu’il me fatigue. Je n’aime pas les leçons de morales. J’ai juste envie de fuir quand on m’en fait une. Mais là, actuellement, je n’ai pas vraiment la possibilité. Je reste un moment immobile, dans le silence, ne bougeant que pour respirer, pour me ménager le temps que la douleur passe. Sous moi, mes ailes ont également prit un sacré coup. Ne pouvant les résorber, elles sont toujours visibles, et donc blessables. Et là, la chute… J’ai l’impression de les avoir broyées.

Au bout de quelques minutes, enfin, je reprends de la vie. Luttant contre la souffrance qui s’est tout de même bien estompée, je me redresse et jette un regard plus noir que noir au monstre écailleux. A l’aide de mes mains, je rends un soutien, puis doucement, me relève, me tenant au mur contre lequel je me suis tenu. Je ressens un mal de crâne affreux. J’étends également mes ailes, doucement, avec précaution, grimaçant sous la douleur. Je hais ce dragon. Il pourra à présent crever la bouche ouverte, tant pis pour lui. Je porte ma main disponible sur mon front et sur mon crâne, à la recherche d’une quelconque blessure. Mais non. Plus de peur que de mal… Ou quoique non, plus de mal que de peur, car je n’ai pas réellement eu peur de la créature. Je lui en veux, surtout. Je pose mon regard dans le sien. Un regard vide de tout affection ou de toute peur. Juste de la rancœur. Bon sang. Je suis fragile, et tout ce que j’ai essayé de faire, c’était de l’aider. Et pour tout remerciement, je me prends un vol plané ? Et bien, donnons lui ce qu’il mérite. Je me concentre sur lui. Vraiment, cette fois. Sans rien en laisser paraître, juste en le fixant avec un visage neutre, mon esprit s’élance vers lui, à la rencontre de son âme. De ses pensées. Je m’y glisse furtivement, sans qu’il ne se doute de rien. Je continue de me concentrer, car à présent, la tâche la plus compliquée s’annonce. Il va tenter de me repousser. Sans savoir que c’est moi. Je me mets à crier dans son esprit. Un cri suraiguë, modifié pour être encore plus désagréable à l’oreille. Je ressens l’écho dans ma propre âme. Un cri sur une seule note, un cri qui fait passer énormément de souffrance, mais qui veut faire souffrir en retour. Ah ? Me venger ? Tout à fait. De plus, je suis la seule à pouvoir faire cesser ce cri. Après tout, je me glisse en temps que petite voix dans la tête des gens, pour influencer leurs pensées… Alors crier en eux, quoi de plus simple ? Le plus dur sera de résister à son rejet. Alors qu’il ne sait pas que je suis à l’origine de l’intrusion mentale.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldhéïr

avatar

MESSAGES : 135
ÂGE : 27
EXPÉRIENCE : 2543

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION :
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Jeu 14 Mar - 0:07

Il est vrai que la réaction d'Aldhéïr était un peu disproportionné, il l'avait quand même fait voler à travers la pièce d'un simple revers de main. Qu'est ce que ça aurait donné s'il avait vraiment eu envie de la frapper ? Il l'aurait brisé en deux d'un simple coup, même sans arme ni magie. Pour quelqu'un qui veux protéger la vie, elle était vraiment trop faible, et surtout trop conditionner pour savoir quand s'arrêter et quand fuir.

Malgré le coup qu'il lui avait donné, Aldhéïr ne s'inquiétait pas pour elle, ses blessures étaient au pire quelques bleus, rien de plus. Au moins, cela l'avait sonné pour quelques instant, le temps qu'Aldhéïr passe à autre chose. Il se concentra à nouveau sur sa douleur, et tenta de l'ignorer, de la calmer. Il ne fit pas vraiment attention à la falariel qui se relevait. De toute façon, il était clair pour lui qu'elle chercherait à partir maintenant que la voie était libre et qu'elle avait subit une attaque du semi dragon.

Seulement voila, elle resta dans la pièce et elle essaya d'attaquer magiquement Aldhéïr. Certes, il ne senti pas tout de suite son intrusion mentale, bien trop occupé par sa propre douleur. Mais lorsqu'elle se mit à crier dans son esprit, cela chassa sa douleur et mit les sens d'Aldhéïr en éveille. Il se sentait attaqué, et instinctivement, il ferma son esprit aux attaques mentales. Elle n'avait pas vraiment de chance, le semi dragon avait déjà bien vécu, et ce genre d'attaque l'avait déjà surprit par le passé, mais il avait au moins apprit à les minimiser, à défaut de pouvoir les arrêter. L'autre chose qu'il avait apprit, c'est qu'une fois que la personne qui vous agressait était au sol, morte ou inconsciente, l'attaque cessait aussi. De plus, il pouvait supporter des douleurs bien plus vive, l'une des conséquences de sa magie.

L'erreur de la falariel fut de croire qu'Aldhéïr ne la croirait pas capable de s'en prendre à lui. Seulement, il savait que pour ce genre de sort, un contact visuel était souvent nécessaire, et il n'y avait qu'elle pour faire cette foli.


Tu vas regretter de ne pas m'avoir écouté.

Sans vraiment attendre qu'elle comprenne ce que signifiait ses paroles, il lui sauta literralement dessus, la plaquant contre le mur, les bras bloqué par les mains du semi dragon. Ensuite, Aldhéïr refit appel à ses flammes. Il savait très bien qu'il allait souffrir pendant le reste de la journée après sa, mais pour le moment, cela n'avait pas d'importance.

Il la bloqua ainsi pendant un peu moins d'une minute, les flammes noires du semi dragon brulant son âme au niveau de ses poignets. Elle voulait savoir ce qu'il ressentait, et bien elle serait servit,la douleur serait aussi violente que si on la brulait vive.

Puis, il la relâcha, ses flammes toujours bien visible dans ses mains. Avec le temps pendant lequel la falariel avait été brulé, elle ne pourrait pas se servir de ses mains avant un ou deux jours, au mieux. Mais c'était une punition bien légère pour avoir attaqué Aldhéïr


Tuvoulais me soulager de ma douleur, non ? Essaie maintenant de la supporter. Sache que ce feux ne brule pas le corps ou la peau, non, il brule l'âme de sa victime. Je peux l'utiliser pour détruire l'âme de quelqu'un ou pour la soigner. Et si tu ne veux pas que je termine le travail comme avec l'autre Falariel, tu vas rester tranquille et ne pas tenter quelque chose de stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromède Tombétoile

avatar

MESSAGES : 81
EXPÉRIENCE : 2341

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION : //
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Jeu 14 Mar - 21:22

Il ferma son esprit, mais ne tenta cependant pas de me chasser. De toute façon, c’était trop tard, j’étais bien là. Calée entre ses pensées et ses émotions. Et d’un coup, il me sauta dessus. Sans que je comprenne vraiment ce qu’il se passait. Mes ailes blessées heurtent violemment le mur, un cri s’échappe de ma gorge. Je sentais mes poignets enserrés dans l’étreinte des mains du semi dragon. On m’aurait rongé la peau, ça m’aurait fait le même effet. Une douleur, vive, insupportable. A nouveau, un cri, aussi bien mentale que réel. Avant que j’ai le temps de contre attaquer, il me relâche. Je tombe au sol. La douleur est toujours la. Je n’arrive même plus à bouger les mains, les doigts. Et mes ailes me lancent affreusement. Les larmes me montent aux yeux. Il se remet à parler. Et m’apprend qu’il a tué l’autre falariel en dévorant son âme. Un seul mot me vient à l’esprit. Monstre. Je lui jette un regard noir. Je n’éprouve que dégoût pour cet être, finalement. Seulement, je suis encore dans son esprit. Je suis capable de ressentir l’écho de ce qu’il ressent. Autant qu’il peut ressentir ce que moi je ressens, en fait. Je suis la seule à pouvoir couper ce lien, qui n’est pourtant pas si profond que ça. Je peux donc toujours le manipuler à ma guise, et cette fois, m’amuser à déplacer ses sentiments, à dissimuler certains et à mettre en avant d’autres. Car les mots ne peuvent certainement pas le toucher, et l’attaque non plus, pourquoi ne pas retourner ses propres émotions contre lui. Non ?

Je reste acculée contre le mur, une de mes ailes pendant lamentablement sur mon coté, le reste douloureusement repliées contre mon dos, les cheveux encadrant mon visage et la robe blanche, partiellement déchirée à des endroits à cause du coup qu’il m’a donné, dissimulant chaque parcelle de ma peau. Je quitte son regard et me replie encore un peu plus sur moi-même, dans une position presque fœtale. Et pourtant, je m’active. Malgré la barrière de son esprit, je suis toujours en lui. Je m’active, discrètement, repoussant la colère pour mettre en avant un brin de sentiment s’apparentant à la douceur, trouvé tout au fond de lui. De même, j’avance un peu la pitié et la bonté, et les met à égalité avec les autres sentiments qu’il y a en lui. Et mon corps ne bouge plus. Je pourrais être évanouie, ça ferait le même effet. Après tout, montrer une certaine vulnérabilité permettrait d’éviter qu’il réagisse comme tout à l’heure, lorsque j’essayais de le soulager ? Peut être. Essayons. Je reste donc muette et immobile, entièrement consacrée à jouer avec ses sentiments.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aldhéïr

avatar

MESSAGES : 135
ÂGE : 27
EXPÉRIENCE : 2543

Jeu de Rôle
— RELATION SHIP :
— MISSION :
— BLOC-NOTES :

MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   Jeu 14 Mar - 22:05

Maintenant qu'Aldhéïr avait soulagé en partie sa colère, la douleur était revenue de plus belle dans ses mains. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus senti une telle douleur. Il avait quand même utilisé sa magie deux fois d’affilé dans la même journée et pas pour s'entrainer qui plus est. Il valait mieux pas que quelqu'un l'attaque maintenant, soit il le tuerait sans même chercher à comprendre le pourquoi du comment, soit il se ferait battre à plat de couture sans pouvoir rien faire.

Le semi dragon haletait et avait ses mains qui tremblait à cause de la douleur. Il avait l'impression qu'on lui brulait les mains, un prix bien cher payé pour avoir vengé plusieurs famille et avoir corrigé une prêtresse un peu trop zélé. Mais il devait accepter ce sort, il le devait pour rester neutre, ne pas favoriser ni la vie, ni la mort.

Aldhéïr s'éloigna du corps inanimé de la falariel et se laissa tomber contre un autre mur. C'est à peine s'il entendait ce qui se passait autour de lui ou s'il arrivait à penser. La douleur était la seule chose qu'il ressentait, la seule chose qu'il connaissait vraiment, la seule chose qui ne l'avait jamais vraiment abandonné.

Pourtant, malgré cette douleur omniprésente, une vague pensé lui traversa la tête. Il releva les yeux vers la falariel toujours au sol. Un sentiment de pitié apparu. Elle n'avait peut être pas mérité son sort, elle n'avait peut être que suivit les principe de son ordre. Les religieux pouvait être si stupide, si fermé sur la réalité. Pourquoi avait elle voulu défier le semi dragon ? Elle aurait dut voir que de toute façon elle serait blessé.

Aldhéïr se releva, faisant un intense effort pour résister à la douleur puis sorti de la salle et fit appeler de l'aide. Il ne chercha pas à savoir si c'était une personne de confiance ou le premier gladiateur qui arriverait dans la pièce, il n'en avait plus rien à faire. Il se trouvait déjà bien assez généreux de ne pas finir son travail et surtout de ne pas la laisser totalement seul alors qu'elle était inconsciente.

Il quitta ensuite la salle et se dirigea lentement vers la sorti de l'arène sans se retourné. Il voulait être seul, juste seul. Ne plus voir tout ces gens le voir comme un monstre, de voir de la peur dans le regard des gens ou de la haine en fonction de ce qui venait en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un monstre ou un vengeur ? [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un monstre ou un vengeur ? [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣. :: VENRYÄ ; Mystery's Cradle . :: — THOUSAND BLADES ; Battle place .-
Sauter vers: